Loading...
Home / Vieillir / Le vieillissement cérébral

Le vieillissement cérébral 0

Le vieillissement du cerveau débute très jeune, puisque dès 25 ans, le nombre de connexions neurologiques commence à diminuer. À partir de 50 ans, le poids du cerveau diminue en moyenne de 2 % par décennie. Cette évolution naturelle n’est pas sans conséquence et, progressivement, cette baisse des neurones va s’accompagner d’un certain ralentissement à la fois mental, et moteur (dans nos gestes, nos mouvements, nos réflexes).

Ce ralentissement est aussi directement lié, outre à la diminution du nombre de neurones, à une baisse de la vitesse de l’influx, la transmission même de l’information entre neurones. C’est pourquoi, au fur et à mesure qu’on avance en âge, plus de temps nous est nécessaire pour traiter une information. Se produit alors un ralentissement global qui se répercute sur le fonctionnement cognitif, intellectuel, et en particulier sur le fonctionnement de la mémoire. En effet, la diminution de la vitesse de traitement peut avoir pour conséquence la disparition des informations, avant même qu’elles aient pu être traitées, ce qui explique en grande partie les oublis.

Par ailleurs, le vieillissement des organes des sens (audition, vue, odorat…) s’accompagne d’une baisse des perceptions sensorielles, et entrave la saisie correcte des informations, diminuant ainsi la capacité à bien les mémoriser. De très nombreux seniors se plaignent de leur mémoire défaillante. Ces plaintes trahissent souvent la crainte de la maladie de la mémoire la plus connue, et la plus médiatisée : l’Alzheimer. Or, malgré ce qui est communément admis, il est faux de penser que les baisses des performances intellectuelles et de la mémoire soient inévitablement liées à une pathologique de type Alzheimer.

Il est en effet tout à fait normal que les capacités intellectuelles diminuent au cours du vieillissement, simplement parce que le cerveau vieillit, tout comme le reste du corps. Certaines fonctions cognitives (les fonctions intellectuelles : langage, mémoire, attention, capacités d’abstraction, de représentation spatiale, de jugement, de raisonnement…), vont être plus sensibles que d’autres aux effets de l’âge, c’est le cas tout particulièrement de l’attention et de la mémoire.

Share

Comments are closed.