Loading...
Home / La cellule / Les protéines

Les protéines 0

Les protéines sont la finalité de l’action de l’ADN. Ces molécules exercent la plupart des fonctions nécessaires à la santé de la cellule : communication des messages, transport et transformation des substances nutritives pour produire de l’énergie.

La production d’une molécule de protéine commence toujours par l’identification du gène responsable du stockage des plans relatifs à cette protéine particulière. Une enzyme, exclusivement chargée de cette tâche, ouvre l’ADN comme une fermeture éclair ; un autre groupe d’enzymes vient diviser les brins d’ADN en deux ; une autre enzyme parcourt un des brins et lit rapidement les codes, elle va copier alors l’ADN ; une fois la duplication achevée, le groupe d’enzymes referme l’ADN et le ramène à son état initial. La copie effectuée à partir de l’ADN est, on l’a vu, l’ARN messager. Cet ARN messager contient les plans de production de la protéine dont la cellule a besoin à ce moment précis.

Il y a deux sortes de protéines : les protéines dites « structurantes », qui forment la trame de tous les tissus du corps, et les protéines dites « fonctionnelles ». Celles-ci régissent le bon fonctionnement du corps, elles peuvent être des protéines de régulation comme l’insuline, des protéines de défense comme les anticorps, ou encore des enzymes, qui permettent d’effectuer toutes les tâches.

Pour pouvoir synthétiser toutes les protéines, notre corps doit se procurer les éléments de base qui forment ces protéines, les acides aminés. Les aliments en sont les sources principales.

Nos cellules sont donc essentiellement un assemblage de blocs de protéines ; en fait, pour pouvoir fonctionner correctement, notre corps requiert plus de 100 000 types de protéines différentes. Chaque protéine est une chaîne de molécules d’acides aminés, comparable à un collier de perles de plastique, qui s’emboîtent les unes dans les autres (Bruce Lipton). Chaque perle représente l’une des vingt molécules d’acides aminés utilisées par les cellules. Cette structure est très flexible et peut se plier en une multitude de formes. Les liens flexibles entre les acides aminés sont appelés « liaisons peptidiques » et peuvent autoriser des rotations, des flexions et même des plicatures. Ceci est dû à l’interaction des charges électromagnétiques de chaque acide aminé : ceux qui ont une charge de même signe vont se repousser et ceux d’un signe opposé vont s’attirer. Certaines protéines sont si longues qu’elles nécessitent une protéine spéciale, appelée « chaperonne », pour se plier. Les protéines bougent en permanence, et leur forme finale reflète un état d’équilibre entre leurs charges électromagnétiques. Cependant, si ces charges sont modifiées, la molécule va de nouveau se tordre jusqu’à obtenir un nouvel équilibre des forces électromagnétiques.

Lorsqu’une protéine rencontre une molécule qui a un « physique » complémentaire elle va se lier à celle-ci comme dans un engrenage de montre ancienne. Les cellules exploitent le mouvement de ces engrenages de protéines pour assurer des fonctions métaboliques spécifiques. Ce sont ces mouvements constants des protéines, qui changent de forme des milliers de fois par seconde, qui animent le vivant.

Share

Comments are closed.