Loading...
Home / Mode de vie et Longévité / Obésité et vieillissement

Obésité et vieillissement 0

La prise de poids entraîne un diabète dû à une résistance à l’insuline ; si l’obésité se prolonge, se produit alors une diminution de la production d’insuline par le pancréas, ce qui oblige le patient à s’injecter de l’insuline tous les jours. L’obésité est aussi la cause principale des maladies cardio-vasculaires. Aux États-Unis, un rapport officiel de 2009 a estimé que le surpoids est responsable de plus de 100 000 cas de cancers par an. L’état actuel des recherches permet d’affirmer que le surpoids est non seulement un facteur de risque de cancer, mais qu’il contrecarre également l’efficacité des traitements anti cancer et, par-là, les chances de survie.

Obésité et cigarette accélèrent le vieillissement

Il nous faut maintenant ajouter à la liste, déjà longue, des préjudices qui sont associés à la cigarette et à l’obésité un nouveau méfait : le vieillissement prématuré. Si l’on en croit une étude récemment publiée dans la revue scientifique The Lancet, le code génétique des fumeurs et des obèses présenterait les traces d’un vieillissement prématuré. À titre d’exemple, une femme qui fume un paquet de cigarettes par jour, et cela depuis 40 ans, accélère le vieillissement biologique de son code génétique de 7,4 ans, ce qui est loin d’être négligeable.

Afin d’évaluer ce phénomène chez les sujets à l’étude, les chercheurs se sont penchés sur un marqueur biologique qui évolue normalement avec les années. Il s’agit des télomères, dont la longueur diminue au fur et à mesure que les années passent.

L’étude portait sur un groupe de 1 122 femmes, âgées de 18 à 76 ans. Parmi celles-ci, 119 étaient cliniquement obèses, 203 des fumeuses et 369 des ex-fumeuses. Comme ils l’avaient prévu, les chercheurs ont observé chez toutes un raccourcissement des télomères, lié à l’âge. Les résultats sont devenus inquiétants lorsqu’ils ont constaté que les femmes obèses, ou celles qui fumaient, présentaient des télomères significativement plus courts que les femmes qui ne fumaient pas et qui étaient d’un poids normal. Les chercheurs ont estimé que chaque « paquet-année », un indicateur obtenu en multipliant le nombre de paquets de cigarettes fumés quotidiennement par le nombre d’années passées à fumer, se traduit par un raccourcissement des télomères de 18 % supérieur à la normale. Toute augmentation de la quantité de cigarettes fumées, ou du nombre d’années passées à fumer, accélère le vieillissement et, avec lui, les risques de cancers et de maladies pulmonaires et cardiaques. Cette étude est un signal d’alarme important, elle nous apporte de nouvelles preuves tangibles des conséquences dévastatrices de nos mauvaises habitudes de vie sur la totalité de notre métabolisme.

Maladies cardiovasculaires, diabète, certains cancers… Bien que déjà bien fournie, la liste des méfaits connus de l’obésité vient encore de s’allonger. Selon les travaux menés par des chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP, hôpital Paul Brousse, Villejuif) et de l’University College de Londres, le déclin cognitif serait plus rapide chez les personnes qui, atteintes d’obésité, souffriraient aussi de troubles métaboliques, comme l’hypertension, l’hyperglycémie, l’hypercholestérolémie, ou l’hypertriglycéridémie.

Share

Comments are closed.