Loading...
Home / Le Plan Jlife / Bilan anthropométrique

Bilan anthropométrique 0

Photos

La première chose à faire est de faire prendre quelques photos de votre visage et de votre corps (ne les prenez pas vous-même en « selfie »). Prenez ces photos avec un bon éclairage, sans maquillage et sans lunettes. Prenez-en plusieurs dans différentes attitudes (en souriant, sans sourire). Gardez ces photos pour les comparer six mois plus tard (dans les mêmes conditions).

L’auto-observation

Les cheveux

Le blanchissement des cheveux est un facteur tout à fait indépendant du vieillissement. Par contre, ce blanchissement peut traduire certaines déficiences en nutriments qui risquent secondairement d’avoir une influence sur votre façon de vieillir.

Leur aspect, leur chute, et parfois même leur coloration peuvent être influencés par des carences en protéines, en minéraux et en acides aminés soufrés (cystéine), en vitamines du groupe B ou en acides gras polyinsaturés.

La peau

Est-elle trop sèche ? Cela peut indiquer une déshydratation. Plus on vieillit, plus on a besoin d’eau, mais la peau sèche peut traduire un manque d’apport en acides gras polyinsaturés (oméga-3 et 6).

Les taches brunes et géométriques, plus communément appelées taches de vieillissement. Ces taches reflètent l’accumulation dans les tissus d’un pigment appelé lipofuscine. Comptez vos taches brunes au niveau du dos des deux mains et renouvelez ce comptage tous les six mois.

Les ongles

Sont-ils mous, cassants, striés ou tachés de blanc ? Ces modifications peuvent traduire des carences en protéines ; en minéraux (fer, soufre, calcium, silicium et souvent zinc) ; en acides aminés soufrés (cystéine) ; en vitamines du groupe B ou en acides gras polyinsaturés.

Vos données morphologiques

Taille (en mètre). Par exemple : 1,83 m.

Poids (en kilogramme). Le matin, à jeun, sans vêtements.

Tour de taille (en centimètres). Prenez comme repère l’ombilic.

Tour de hanches (en centimètres). Mesurez le tour de hanches en prenant comme repères les épines iliaques (les pointes des os que vous pouvez sentir de chaque côté du bassin).

À partir de ces quatre mesures, vous allez calculer quatre paramètres fondamentaux.

1/ L’Indice de masse corporelle (IMC) qui vous permet d’évaluer votre corpulence.

Faites l’opération suivante : poids (kilo) divisé par taille (mètre) au carré = IMC (Kg par m2)

Résultats :

si votre IMC est inférieur à 18 kg/m2 c’est que vous êtes trop maigre ;

si votre IMC est situé entre 18,1 et 25 kg/m2 c’est que votre poids est normal ;

si votre IMC est situé entre 25,1 et 30 kg/m2 c’est que vous êtes en surpoids ;

si votre IMC est situé au-delà de 30 kg/m2 vous serez classé comme obèse.

Notez que ces valeurs ne sont pas applicables aux très petits ni aux très grands ; de même, les enfants doivent consulter des tables spécifiques à leur âge.

2/ Le tour de taille

Tous les spécialistes s’accordent aujourd’hui à dire que les graisses localisées au niveau de l’abdomen sont les plus mauvaises pour la santé. La mesure du tour de taille permet de les quantifier. La répartition du tissu graisseux, ou adipeux, a toute son importance. En effet, la surcharge pondérale peut être répartie uniformément ou se localiser sur une partie du corps. Une surcharge pondérale androïde touche essentiellement le haut du corps (tronc, abdomen). Une surcharge pondérale gynoïde touche essentiellement le bas du corps (fesses, hanches, jambes). La première touche plus souvent les hommes, la seconde touche davantage les femmes. Quant aux obésités sévères, elles sont généralement mixtes.

La mesure du tour de taille prend en compte deux types de tissus graisseux : la graisse sous-cutanée (située sous la peau) et la graisse viscérale (plus profonde, elle entoure les organes du ventre). C’est cette dernière qui est la plus critique en termes de risques cardiovasculaires.

Un simple mètre de couturière suffit : mesurez le tour de taille à partir de l’ombilic.

Pour les femmes :

si votre tour de taille est inférieur à 88 cm, vous ne présentez pas de facteurs de risques particuliers ;

si votre tour de taille est compris entre 88 et 95 cm, vous présentez des risques cardiovasculaires à prendre au sérieux ;

si votre tour de taille est supérieur à 95 cm, vous présentez des facteurs de risques cardiovasculaires très importants.

Pour les hommes :

si votre tour de taille est inférieur à 100 cm, vous ne présentez pas de facteurs de risques particuliers ;

si votre tour de taille est situé entre 100 et 110 cm, vous présentez des risques cardiovasculaires à prendre au sérieux ;

si votre tour de taille est supérieur à 110 cm, vous présentez des facteurs de risques cardiovasculaires très importants.

3/ Le rapport tour de taille/tour de hanches

Ce rapport permet d’évaluer votre morphologie.

Un rapport situé entre 0,85 et 1,00 indique que vous avez une morphologie de type androïde, cela signifie que votre masse grasse se développe surtout au niveau de l’abdomen, ce qui peut être dangereux pour votre santé.

Un rapport situé entre 0,80 et 0,85 indique que vous avez une morphologie de type gynoïde, cela veut dire, entre autres, que votre masse grasse se situe surtout dans les hanches et les fesses.

4/ La mesure de la masse grasse

C’est le pourcentage que le gras occupe dans notre corps. Si vous pesez 80 kg et que votre masse grasse est de 20 %, cela veut dire que vous « portez » 16 kg de graisse, répartis dans votre corps. En règle générale, et pour se maintenir en bonne santé, un homme ne doit pas dépasser 15-20 %, et une femme 25-30 %.

On la mesure, la plupart du temps, grâce à une balance à impédancemétrie, mais les résultats ne sont que des estimations. Simple à utiliser et pas si difficile à comprendre ! Vous posez vos deux pieds sur la balance. Un courant électrique inoffensif passe d’une jambe à l’autre. Le pèse-personne mesure la vitesse du courant électrique. Il sera plus rapide s’il y a plus de muscle et plus lent s’il y a plus de graisse. L’eau du corps et les os ont également leur influence. En bref, c’est la résistance électrique de votre corps qui est mesurée. Une formule mathématique permet ensuite d’en déduire votre pourcentage de masse grasse corporelle. La balance à impédancemétrie vous donne donc une estimation de votre poids et sa répartition entre graisse, muscle, eau et os. Il y a énormément de facteurs qui rentrent en jeu (votre typologie corporelle, votre température, le fait d’avoir les pieds mouillés, d’avoir récemment fait du sport, etc.), ce qui rend les résultats très variables… Les balances à impédancemétrie ne fournissent pas des données très précises (elles ne peuvent donc pas, par exemple, être utilisées pour des études scientifiques). Elles ne permettent pas non plus de comparer votre taux de masse grasse à celui de votre voisin.

Share

Comments are closed.