Loading...
Home / Mode de vie et Longévité / Parler à ses cellules

Parler à ses cellules 3

Guy Corneau est un célèbre psychothérapeute canadien. Il y a quelques années, on lui a annoncé un cancer de stade IV, le plus avancé des cancers. Contre toute attente, au bout d’un an, il a été déclaré guéri. Il raconte cette traversée dans un livre, Revivre ! Un message d’espoir et une invitation à la réflexion sur le sens de la maladie.

Comment Guy Corneau décide-t-il de sa santé ? En parlant à ses cellules !

Alors, nous voilà partis dans un monde ésotérique, où tout se règle dans notre univers intérieur ? Peut-être… Cependant, des preuves scientifiques viennent confirmer que le fait de parler à nos cellules, en utilisant notre langage de tous les jours, influencerait l’activation (ou la répression) de centaines de gènes. Notre ADN comprendrait parfaitement notre langue. Des scientifiques russes déclarent que notre ADN pourrait comprendre notre langage, ou du moins être sensible aux fréquences produites par nos mots.

Voici un exemple de procédure de dialogue, utilisée par Guy Corneau, pour parler à ses cellules :

Étape 1 : Tout d’abord porte ton attention au niveau du cœur, puis, à partir de là, convoque la cellule maîtresse de ton corps… et invite-la à rejoindre l’un des organes atteints.
Étape 2 : Approche-toi du site de l’estomac. Mets-toi à l’écoute de ce que les cellules cancéreuses ont à te dire. Laisse venir tout ce qui vient… Remercie maintenant les cellules dégénérées, et dis-leur que leur mandat est terminé… Dis-leur qu’elles peuvent mourir.
Étape 3 : Invite la cellule maîtresse à convoquer les cellules souches de l’estomac et demande-leur de fabriquer des cellules souches de l’estomac à profusion… Dirige-toi vers la rate… Et ainsi de suite…
Étape 4 : Pour finir, ressens tout ton être, en parfaite santé…

Vous pouvez trouver la version audio complète de l’exercice, sur www.guycorneau.com.

La partie la plus importante du dialogue est, qu’après avoir écouté ses cellules en difficulté, il leur dit qu’elles peuvent mourir. Ceci prend tout son sens quand on sait que la caractéristique principale d’une cellule cancéreuse est d’être immortelle, car insensible à l’apoptose (le suicide cellulaire programmé).

Le deuxième aspect fondamental est le recours aux cellules souches. Christian Drapeau, neurophysiologiste canadien, soutient cette méthode : « Il serait dès lors possible, grâce à la visualisation, de stimuler les terminaisons nerveuses de certaines zones du corps, lesquelles favoriseraient du coup la migration des cellules souches vers les tissus ayant besoin de réparation. »

Guy Corneau parle à ses cellules une fois par jour, pendant 20 minutes environ. Il tente de reprogrammer des cellules cancéreuses grâce à son imagination !

L’imagerie mentale dirigée : des chercheurs ont utilisé une caméra à positrons (scanner) pour démontrer que les mêmes parties du cerveau sont activées lorsqu’un sujet imagine quelque chose, que lorsqu’il le vit. Cette technique ne comporte aucun risque et constitue un très bon outil dans la résolution de problèmes de santé, y compris dans la lutte contre le vieillissement.

Share

Comments are closed.