Loading...
Home / Activité physique et Longevité / Activité physique et télomères

Activité physique et télomères 0

L’activité physique ralentit l’horloge biologique qui déclenche le processus de mort des cellules. On a constaté que les télomères de coureurs de 50 ans avaient la même longueur que ceux de gens sédentaires de 40 ans. Autrement dit, on a la preuve que l’activité physique est capable de moduler le rythme de l’horloge biologique présente dans nos gènes. Et on sait comment elle le fait.

Une étude réalisée au King’s College de Londres, portant sur 2 401 vrais jumeaux, a démontré une relation directe entre la longueur des télomères et la pratique régulière d’une activité physique. Les chercheurs ont d’abord déterminé, avec précision, quel type d’activité physique chaque volontaire avait effectué, durant une même période de 12 mois consécutifs. Les tests ont montré que l’intensité et la régularité de l’activité physique, chez ces volontaires, influaient directement sur la longueur des télomères des globules blancs. Ces tests ont aussi confirmé que, même pour deux jumeaux qui partageaient exactement les mêmes gênes, la longueur des télomères était bien influencée par l’activité physique. L’étude a aussi confirmée que les volontaires qui s’entraînaient vigoureusement trois heures par semaine étaient, biologiquement, neuf ans plus jeunes que ceux qui ne s’entraînaient que 15 minutes par semaine. Une activité physique modérée, de 90 minutes par semaine, donnerait un avantage de quatre ans !

Mais une étude suédoise va plus loin. Elle démontre que le fait de rester moins longtemps assis serait plus important, du moins pour préserver la longueur de ses télomères, que de pratiquer une activité physique plus soutenue. Les auteurs soulignent d’ailleurs que, si l’activité physique a tendance à augmenter dans de nombreux pays, le temps passé, assis, augmente également (travail sur écran par exemple). Ils attirent également l’attention sur une étude qui a montré que se lever brièvement, au cours d’une période où l’on est assis, influait significativement sur le métabolisme du glucose et de l’insuline. Ils en concluent que, pour lutter contre les effets délétères de la sédentarité chez les personnes âgées, se dégourdir les jambes quelques minutes pourrait être plus efficace que de pratiquer une activité physique, tout au moins sur la longueur des télomères ; puisque, par ailleurs, les bienfaits cardiovasculaires, ou encore cognitifs, de l’exercice, chez les seniors, sont largement démontrés.

Par contre, l’excès d’effort physique est contreproductif ; certains sports violents, ou des entraînements excessifs, vont abîmer les tendons et les articulations. Ces dégâts provoquent une aggravation de l’oxydation et, surtout, une production excessive de cortisol : cette hormone entraîne une très forte augmentation des divisions cellulaires, et donc un raccourcissement plus rapide des télomères. Les grands athlètes, qui dépassent leurs limites lors des compétitions, ne se rendent pas compte qu’ils raccourcissent ainsi leur espérance de vie !

Share

Comments are closed.